Coaching

LE COACHING consiste avant tout à explorer votre comportement plus ou moins "facilitant" ou "contraignant" et mettre une zone de soi à la lumière d'un nouveau regard (comme une lampe torche qui éclaire une zone d'ombre) pour trouver des solutions optimisantes qui sont à votre portée.

Il va vous permettre entres autres :

1 - d'apprendre à jouer avec ses émotions et ne pas en être dépendant comme la rage, le désespoir, la colère...

2 - de cutliver un esprit combatif avec détermination, constance, sérénité.

3 - de se rendre compte que le mental et le physique forme un tout indissociable nous rendant plus solide.

Il s’agit également de développer des qualités d'écoute, d'observation (savoir « voler » l'information), de lâcher-prise et d'analyse avec une meilleure conscience de soi et de son environnement ! Bien entendu toutes les disciplines réclament ses qualités mais l’art martial les décortiquent et les met en exergue dans des situations très variées.

 

« Ce que vous aurez appris en écoutant les autres, vous l’oublierez bien vite. Ce que vous aurez compris avec la totalité de votre corps, vous vous en souviendrez toute votre vie. » Gishin FUNAKOSHI, qui amena au début des années 1920 le karaté d'Okinawa au Japon et l'a rendu populaire.

 

La vocation de ce dojo est donc d'être le premier centre d’Arts Martiaux créateur de « bien être », pour accompagner les personnes qui le souhaitent, à travers de multiples exercices mêlant physique, mental et attitude martiale :

-    pour une remise en forme générale en délivrant des bases solides pour s'entraîner avec plaisir sans se blesser,

-    pour un apprentissage spécifique à une discipline individuelle (course à pied, self défense, etc..) en apprenant les échauffements et les étirements indispensables à une bonne hygiène de vie,

-    pour retrouver enthousiasme et motivation avec le goût de l'effort, grâce à un accompagnement constant,

-    pour se préparer à un objectif précis et se donner les meilleurs outils indispensables à sa réussite.

Il ne s'agit pas d'atteindre des performances de haut niveau, mais de respecter son corps en développant la conscience que nous devons avoir de celui-ci. Il faut réveiller cette unité corps-esprit en chacun de nous : être en bonne santé n'est pas un droit mais un devoir.

L'Academie bordelaise d'arts martiaux situé à Villenave d'Ornon vous propose une école avec une enseignement global pour y puiser le meilleur respectant les principes bio-mécaniques du corps en utilisant des techniques de kempo, Ju jitsu, ken jitsu, judo, yoseikan budo, et même de gymnastique martiale dans le cadre d'exercices réveillant notre conscience corporelle, notre unité corps-esprit et nos circuits énergétiques...

Ici vous apprendrez ce qu'est un véritable Budo, avec des techniques de défense bien sûr, mais aussi une certaine philosophie, un code moral, une pratique mêlant combat souple ou randori, kata et exercices posturaux et respiratoires. Vous apprendrez à avoir confiance en vous, et à dépasser vos peurs en maîtrisant mieux vos émotions. 

 

N'hésitez pas à nous contacter pour discuter d'un programme personnalisé à un tarif adapté

 

« Nous touchons là en définitive le mobile principal de l'étude d'un « Budo », qui réside à mes yeux dans la gestion et l'écoute simultanée de notre relation avec Soi et avec l'extérieur, en nous ancrant dans des faits objectivables avec une interprétation commune les rendant clairs et explicites : cela permet de mieux nous respecter mutuellement en définissant avec plus de soins, nos permissions, nos limites, nos besoins, ainsi que de nous fier à nous-mêmes en connaissant mieux nos forces et faiblesses, comme à notre intuition, à ce que nous ressentons ou éprouvons, qui va nous avertir de déséquilibres présents, de nos incohérences, ou de ressources insuffisantes. Alors, nous nous sentirons calmes et sereins, envahis d'une force tranquille et rayonnante, au lieu d'être manipulés par le stress nous faisant agir de manière reflexe et désordonnée. L'AMOUR (comme je l'indique au dos de mon livre), si nous le voulons vraiment, peut désormais nous guider en lieu et place de nos peurs inconscientes. Il faut laisser cet AMOUR résoudre nos problèmes. Imaginons avancer à travers chaque journée, prêts à voir chaque problème comme une opportunité, comme une chance de lâcher-prise, de laisser le changement se produire et de voir où l'inspiration nous conduit. Il s'agit d'abandonner le désir de forcer les choses à se produire d'une manière définie, ce qui n’empêche pas le désir de résultat pour la motivation qu’il suscite, sans plus, en sachant bien vite tirer profit de ce résultat pour nous ajuster. Nous ne venons jamais à bout de nos problèmes si nous réagissons par stress, ignorance, blâme, colère ou même espoir. Nous devons surtout apprendre à discerner ce qui est en notre pouvoir et ce qui nous échappe, ce qui dépend de nous et ce qui n'en dépend pas pour utiliser nos forces seulement pour agir sur ce qui est bien en notre pouvoir et oublier ce qui échappe à notre emprise. De même les autres ne sont pas la cause ou la source de nos joies et de nos peines, de nos satisfactions ou de nos déboires. Ils n'en sont que le révélateur. C'est en nous que prennent racine toutes ces pensées. Cependant, force est de constater qu'il y a en nous des choses que nous pouvons bien améliorer, mais d'autres qui nous résistent et que nous n'arrivons pas à briser. « Le monde est le miroir de notre âme ». Quand cette dernière est enjouée, le monde semble gai. Quand elle est accablée, le monde semble triste. Pourtant, là encore, ce n'est pas le monde qui nous trouble, mais l'idée que nous nous en faisons. Ce n'est qu'en laissant place à l'AMOUR dans nos cœurs, en nous acceptant d'abord totalement, inconditionnellement, puis en ayant le courage d'aller au bout des choses, de nos difficultés  que nous pouvons espérer notre libération, c'est-à-dire ne plus rien avoir à détester en nous-mêmes, rien à reprocher aux autres et rien à craindre du monde. Sans quoi, nous resterons condamner à ne jamais vivre en harmonie. C'est le plus grand enseignement que nous pourrons recevoir d'une pratique martiale, sinon nous continuerons à combattre des moulins à vents au lieu de notre égo qui produit nos chimères et nous donne seulement l’illusion de tout contrôler. »

 

 « Être en bonne santé n’est pas un droit, mais un devoir. Il ne faut négliger ni le corps ni l’esprit », nos deux armes ultimes. »

 

Saint Paul lui-même nous dit pourtant : « le corps est le temple de l'esprit. » La sagesse vient du « faire ». L’action est la preuve de la compréhension. Par exemple, trop souvent nous croyons comprendre une technique simplement en regardant faire, pourtant, nous ne parvenons pas à la mettre en œuvre. C’est l’homme qui fait la technique. Seule la pratique va nous amener à découvrir les détails subtils, garants de la réussite de cette technique. Ne vous laissez pas enfermés encore une fois par des certitudes trop facilement acquises, mais testez sans crainte ce que vous croyez comme acquis pour évoluer sans cesse. Nos certitudes cachent un besoin de contrôle, camouflent nos vulnérabilités, nos peurs qui, en même temps, sont celles dont nous avons le plus besoin pour évoluer. Mettez-vous en chemin, marche par marche, et demeurez apprenant !

 

Ainsi, la « voie » n’est pas une grande ligne droite, mais un parcours où chaque étape peut vous donner l’accès à de nouvelles connaissances pour demeurer en contact avec l’évolution de notre monde. L'art martial, en étudiant le combat et surtout ses principes, a donc surtout pour fonction de nous laisser un bagage sacrément efficace dans l’existence, avec une meilleure connaissance de notre corps, une meilleure hygiène de vie et ce travail « quasi spirituel » (trouver la respiration juste, faire circuler harmonieusement chaque énergie, réfléchir et agir dans la bonne direction) qui doit nous mener à un sentiment de bien-être lié à une plus grande compréhension de « Soi » et du monde qui nous entoure.

 

Cet art « pour tuer » nous aide finalement à mieux vivre, ce qui est infiniment plus difficile à réaliser. Il est le reflet de la nature profonde de l’Homme qui a besoin de chaos autant que de quiétude pour se construire, à l’image de notre planète. Et l’un ne va pas sans l’autre, comme nous l’avons vu à travers d’autres exemples, comme le yin et le yang, le bien et le mal, qui sont la réalité d’une seule chose et qui nous enjoignent à distinguer de façon moins manichéenne, ce qui est préférable de ce qui est détestable. Cet art devient paradoxalement un art de longévité heureuse en stimulant le courage qui doit nous accompagner sans cesse dans nos actes. Il n’y a pas de vainqueur ni de vaincu, et finalement avec l’expérience ni de confrontation véritable, mais simplement le plaisir de pratiquer. Cela peut être seul comme un chercheur à l’écoute perpétuelle de son art pour découvrir de nouvelles sensations, mais surtout ensemble pour approfondir nos relations. »

 

Extraits du livre de Hubert MAILLARD de la MORANDAIS "L'Art Martial une voie d'accomplissement personnel"

 

 

 

 

×